Comité Régional Dauphiné-Savoie de Scrabble®
BordureAccueilBordureBordureActusBordureBordureComitéBordureBordureClubsBordureBordureCalendrierBordureBordureRésultatsBordureBordurePartiesBordureBordureJeuxBordureBordureListesBordureBordureJeunesBordureBordureClassiqueBordureBordureVaujanyBordureBordureEvianBordureBordurePhotosBordure


   
       
       
       

Année 2018
Un petit coup d'humeurGérard Carry - 17/01/18
La chose la plus c.... de l'hémisphère nord

A première vue, cet article n'a rien à faire sur un site de scrabble, mais, si vous tenez jusqu'au bout peut-être vous direz vous que si.

Le sujet est une coutume, qui se perpétue le mois de Janvier à travers le vaste monde. Vous avez compris, c'est le léchage de trogne ou le serrage de paluches dont on se croit obligé d'agrémenter toute rencontre pendant le mois de Janvier.

Déjà les voeux : 'je te souhaite une bonne santé', vous souvenez-vous l'effet - ou l'absence d'effet - que ça vous faisait quand vous étiez plus jeune ? Alors certes, aujourd'hui où pour beaucoup d'entre nous, c'est la préoccupation principale, ça a pris du sens, mais vous avez l'air malin quand deux mois plus tard, vous apprenez que votre meilleur ami, à qui bien sûr vous l'avez souhaitée, découvre qu'il va devoir lutter contre un cancer. 'Je te souhaite beaucoup d'argent' mais pour quoi faire ? Je me souviens d'un questionnaire de Scrabblerama où l'interrogé - PCS alias Pierre-Claude Singer pour les non-initiés - avait répondu à peu près : 'La pire des choses, c'est d'être milliardaire et de faire crever des êtres humains (j'ajoute ou des animaux ou des forêts ou autre chose) pour gagner trois sous de plus'. Si je tenais le con, qui a inventé l'argent, ... mais si je tenais le con qui a inventé l'Homme, alors là... Sans compter que, le plus souvent, le corollaire du fric, c'est le bonheur ! Je te souhaite une télé de 200cm de diagonale, une bagnole de 2000cv, une maison avec 112 pièces, etc, etc pour être heureux. Quand je vois les deux encapuchonnés qui passent leurs journées au pied de la tour au bout de ma rue, je peux supposer que leur bonheur, c'est de voir arriver un client : dois-je leur souhaiter beaucoup de bonheur ? Quand j'entends les débiles profonds - mille excuses pour les vrais reconnus - qui font le tour du quartier sur la roue arrière de leur moto sur la route - c'est un moindre mal - ou sur le trottoir, je suppose que leur bonheur c'est d'aller encore plus vite, encore plus loin, je leur souhaite ? Quand j'entends que le bonheur, c'est d'accueillir ses petits enfants, je peux adhérer car les miens ont dépassé l'âge où vous regrettez le coup de quiquette qui vous a donné une descendance, mais combien d'hypocrites grands-parents se remettent difficilement du rythme scolaire qui leur fait reconstruire leur appartement tous les deux mois ou changer de sonotone à la même fréquence. Bon j'arrête, car je vais finir par m'énerver et chacun sait que m'énerver, je ne sais pas faire.

Mais quand même, la pire des débilités de la période des voeux, c'est quand même de l'avoir mise en hiver, pour nous habitants de l'hémisphère nord. Est-ce que vous avez observé le nombre de personnes qui expectorent, crachent, toussent, raclent, mouchent, reniflent, se plaignent, restent couchées, décèdent en cette période, même les jeunes, alors arrêtez les échanges de millions de microbes, qui accompagnent vos embrassades rituelles. Est-ce que vous avez compté les morceaux de poumons que vous découvrez sur l'écran de votre ordinateur dans ces périodes de grippe, rhino, rhume, ... il y a les mêmes sur vos mains, pour peu que vous vous en serviez pour contenir vos bruyants débordements.

Le communisme a montré ses limites - voir plus haut l'Homme - donc gardez vos microbes, lavez-vous les mains et évitez de pensez que je vais me froisser si Claudia Schiffer ne me roule pas une pelle le premier Janvier et peut-être le premier Juillet consentirais-je à vous présenter mes hommages, Mesdames.

A la prochaine (Vieux motard que j'aimais)

Bordure